ENDAT-TCA-152px
Les troubles du comportement alimentaire sont caractérisés par une perturbation persistante de l’alimentation, ou du comportement lié à l’alimentation, qui aboutit à une consommation ou à une absorption altérée de la nourriture et qui diminue considérablement la santé physique et/ou le fonctionnement psychosocial. Les principaux troubles du comportement alimentaire (TCA) sont : l’anorexie mentale, la boulimie (ou hyperphagie boulimique), et moins fréquemment observés, le pica, le trouble de la rumination, et le trouble d’évitement.

 

L’anorexie mentale

Elle est caractérisée par une restriction de l’apport d’énergie par rapport aux besoins, avec une peur intense de prendre du poids qui conduit à un poids très faible et peut avoir des conséquences très graves allant parfois jusqu’au décès.

La boulimie

Ce syndrome caractérisé par des accès répétés d’absorption de grandes quantités de nourriture en peu de temps (en moins de 2h) avec un sentiment de manque de contrôle sur l’alimentation. Elle peut être suivie de comportements compensatoires (tels que vomissement, hyperactivité physique, restrictions alimentaires) mais pas toujours.

La compulsion alimentaire

Besoin irrésistible de consommer un aliment dans son intégralité. Perte de contrôle tant que l’intégralité du produit n’est pas ingérée.

L’hyperphagie

Consommation de quantités démesurées de nourriture pendant les repas entraînant des douleurs abdominales et une souffrance psychique avec perte de notion de satiété.

Le grignotage pathologique

Alimentation hors des repas. Fait de manger sans faim tout au long de la journée des produits prêt-à-l’emploi.

Le pica

Ce trouble est caractérisé par l’ingestion de substances non alimentaires, non nutritives et de manière persistante (papier, savon, tissu, cheveux, laine, terre, craie, métal, cailloux, charbon, cendres, …).

Le trouble de la rumination ou mérycisme

Ce TCA correspond à la régurgitation répétée de nourriture survenant après le repas ou après ingestion. La nourriture peut être remâchée et ensuite crachée ou ré-ingérée.

Le trouble d’évitement ou de restriction

Evitement ou restriction de l’apport alimentaire caractérisé par le manque d’intérêt apparent à manger ou à la nourriture.


En France 1% de la population de plus de 16 ans est touchée par des troubles du comportement alimentaires avec une prédominance des pathologies anorexiques et boulimiques. Ces troubles touchent 600.000 jeunes en France et sont la 2ème cause de mortalité après les accidents de la route.

L’anorexie mentale touche une population plutôt jeune (entre 12 et 25 ans) et féminine (ratio de 10 pour 1) ; entre 1 et de 2% de la population de cette tranche d’âge, soit près de 40000 anorexiques, son taux de mortalité est de 12% soit le taux le plus élevé de la psychiatrie. L’anorexie mentale est en cours d’augmentation dans les pays occidentaux ; elle ne touche que les sociétés d’abondance et les classes sociales aisées.

La boulimie concerne environ 2% de la population féminine occidentale, soit environ 230 000 femmes en France et son incidence est en augmentation. Cette fréquence est multipliée par 4 dans la population adolescente soit 8%. Elle est donc 10 fois plus fréquente que l’anorexie mentale dans cette population. Elle concerne 3-4 filles pour 1 garçon.

(Sources : DSM-V (2013), CIM-10 (2008), communication de l’Institut Montsouris 2012)